7782238769_l-arbitrage-video-devrait-reduire-les-contestations-ici-lors-de-france-honduras-lors-de-la-coupe-du-monde-2014-au-bresilAprès les quelques outils décrits ces derniers jours, voyons maintenant les problèmes posés par les dérives du football et les remèdes qu’il serait possible d’y apporter. Sachant que si l’éducation avait été mise en place et appliquée, le problème serait résolu depuis longtemps, et ce n’est pas le cas. C’est donc souvent (et hélas) par la répression que passera la solution…

Constat : lors d’un match, à la moindre faute sifflée et plus globalement à la moindre occasion, on voit de nombreux joueurs venir parler ou parlementer avec l’arbitre, contestant le plus souvent de façon stérile sa décision, alors qu’ils savent très bien dans 90% des cas que la faute sifflée est tout à fait légitime. C’est presque devenu un réflexe et cela, de plus, ralentit énormément le jeu. On peut même se demander si certains joueurs ne sont pas désignés en début de match pour effectuer ce « travail » (car ce sont souvent les mêmes qui déboulent), permettant souvent à l’équipe adverse de ne pas jouer le coup franc trop rapidement et à leur propre équipe de se replacer. Navrant…

Remède : la solution pourrait être assez simple à mettre en place : il est interdit de parler à l’arbitre, à part pour le capitaine de l’équipe qui est le seul habilité à cela. Un joueur peut éventuellement répondre à une question de l’arbitre, mais uniquement si c’est ce dernier qui initie la conversation. La règle vaudrait pour tous les arbitres, y compris le 4ème qui est proche des deux bancs de remplaçants. On peut même imaginer que soit prévu un comportement « loyal », sans élever la voix, de la part du capitaine, sous peine de sanction.

Sanction : tout joueur parlant à l’arbitre sans y être autorisé écope d’un carton jaune ou bleu. Idem pour un entraîneur ou un membre du staff qui parlerait à un des 4 arbitres.

Application : tous les matchs, amateurs ou professionnels, jeunes ou adultes, pourraient suivre cette règle, simple à mettre en place.

La règle serait radicale et, à mon avis, extrêmement efficace. Le capitaine, qui a autre chose à faire que de beugler pendant tout le match contre l’arbitre, perdrait vite l’habitude de s’user la santé à contester à tout bout de champ la moindre décision, surtout s’il est loin de l’action… Les cartons pleuvront certes sur les premiers matchs, mais les joueurs apprendront vite à penser plus au jeu qu’aux discussions inutiles. Et le respect pour l’arbitre s’en trouvera grandi… Bref, que du positif…

 

Crédit photo : RTL